En attendant la suite….

E

Eh oui, me voici tel que je suis le matin quand je pars au travail. En costume, tout beau tout frais. C’est une de mes grandes résolutions, le costume tous les jours, ce qui n’est pourtant pas obligatoire. Je déroge, bien sûr, le vendredi. Et là c’est plutôt, en tout cas jusqu’ici, bariolé. Mais j’ai définitivement renoncé à l’effet “barbe de 3 jours”. Je ne trouve pas ça très classe…

Les jours passent, se ressemblent un peu. Loin, je suis loin de 東京/tôkyô. Mais bon, c’est la vie, hein…
Hier, avec ma collègue Odile, nous sommes allés au restaurant : elle tenait à m’inviter pour mes 40 ans, ce qui est vraiment très gentil.

Nous sommes allés à :
LA TABLE D’ANVERS, 2 place d’Anvers, Paris 9ème (01 48 78 35 21)
Je n’ai pas regardé l’addition, mais comme nous n’avons pris que plat et dessert, cela faisait le menu à EUR 22.

C’est difficile de décrire tout cela… Disons d’abord que ce n’est pas la première fois que j’accompagne Odile à sa “cantine”, mais quen cela doit faire la 4ème ou la 5ème. Ensuite, hier, il y avait une grève assez importante, et le restaurant était vide quand habituellement il est archi-bondé. Il faut tout de même rappeler que le prix de la formule plat principal au choix et entrée ou dessert à EUR 22, la formule “plat du jour” avec entrée ou dessert à EUR 15 et le menu complet autours de EUR 30 en fait un restaurant très abordable.
La carte est sans cesse renouvelée, dixit Odile, et j’ai moi même pu le constater. Il m’est arrivé d’y goûter les ravioles ou les escargots. Hier, j’ai choisi une crème de crabe à l’avocat et à la pomme dans une fine brique beurrée (arrosée d’une sauce parfumée soja) sur un fouilli de petites salades (très à la mode). J’avoue avoir beaucoup aimé : c’est extrèmement simple, après tout, mais le goût “beurré” de la brique, le sucre de la pomme et le rappel de cette sauce finement soja… pas mal.

Odile quand à elle a opté pour une soupe (à la crème). Elle y est apparament abonnée (dixit Martine, une collègue de Odile, depuis assez longtemps complices toutes deux de ce genre de sortie).
Nous avons choisi le même plat. Des papillotes de saumon avec de petits légumes -bien fermes, beurrés mais sans trop, salés mais très peu. Là, un vrai régal. La fine brique autours du saumon, ça craque ! Huuuummmm……
Ca nous a pris deux heures! On a bavardé de choses et d’autres. De Dieu, du japon. Odile est croyante et pratiquante catholique. Je n’ai pas de mal à lui parler librement, et je m’apperçois que je ne suis pas du tout religieux. Comme je lui ai dit, je regarde un monde sans Dieu(x), et place les Dieux à égalité, attentif d’abord à la loi des hommes.
Ca a été très sympathique, il a fallu retourner travailler…
Au travail, nous avons eu l’après midi la satisfaction de régler un dossier qui m’a littéralement bouffé tout juillet et tout août jusqu’à ce que je parte.
Fond sonore : Jean Marie Leclair. Et c’est mon amie la Marquise de Pompadour qui vient danser à mes côtés… Comme cette musique est belle. Ici, le concerto que je connaissais joué au violon est interprété à la flûte. C’est beau, la flûte baroque… C’est fou comme cette musique me rappelle il y a une dizaine d’année, quand je l’ai découvert.
Hier soir, je suis content de moi : j’ai enfin réalisé ma page de présentation entièrement en japonais, et “à la japonaise”, sur mon site.

Je parle même de mon téléphone portable.
Car j’ai acheté samedi un nouvel appareil, un 3G…! Un vrai téléphone, avec lequel j’ai pu prendre les photos que vous voyez depuis dimanche.

Ce soir, je suis passé à l’INALCO voir les horaires. Cette visite m’a véritablement démoralisé quelques minutes. Me retrouver là, à 40 ans… Comme reprendre à 0, c’est presque humiliant. Et puis je me suis dit que les jours allaient un temps raccourcir, et puis rallonger de nouveau, que le printemps finira par arriver, et qu’avec beaucoup de travail je bouclerai cette année. Bref, que j’avais du pain sur la planche car cela allait passer vite. C’est excitant…

Le Japon me manque d’une manière étrange : il ne me manque pas, mais je dors dans le métro, j’ai mes お守り/omamori (on ne rigole pas), je me cause en japonais tout en écoutant de la musique du 18ème siècle (Jean Marie Leclair, Mozart et ses Quatuors dédiés à Haydn par le Quatuor Mozaique, Astrée), et je me retourne sur tous les beaux mecs que je croise dans la rue. Quand je dis que je me retourne, c’est au sens propre parfois. Et quand je dis beau mecs, ils sont souvent asiatiques (Il y a résoluement de très beaux Chinois… mais c’est marrant, chez les Asiatiques en général, il me manque quand même cette touche d’imperfection typique de la beauté japonaise : Odagiri Jo est truffé de grains de beauté, ça le rend absoluement irrésistible…).
Freddie s’est acheté un téléphone 3G aussi, nous avons donc pu faire un peu de visio… C’est tout bête, mais c’est incroyable comme d’un coup on se sent proche, on se voit si peu.

La grève d’hier est paraît il un succès. pourtant, la réforme fiscale ultra droite va passer, et les nouveaux dispositifs sécuritaires ne semblent inquiéter personne… J’écoute beaucoup moins les informations, et ma seule source d’ouverture sur lemonde restent Les matins de France Culture. De Morant est maintenant en pleine vitesse de croisière. Ce matin, l’invité m’a un peu agacé avec ses références permanentes à la libido pour expliquer l’économie du Désir. Pourtant, quand il a dit que ce qui l’oripilait le plus était ce jeu de la Française des Jeux, donc l’état, avec tirage au sort toutes les 10 minutes dans les cafés, qu’il voyait dans ce genre de choses l’origine du populisme de nos sociétés, je n’ai pu qu’aquiécer. L’état n’est plus seulement proxénète (les prostituées), il est aussi mafieu, et il fait son beurre des instincts des plus pauvres. Lamentable.
J’ai été aussi très choqué par ces immigrés récemment enfermés et “graciés” par Sarkosy. Je ne dis pas que j’aurais préféré l’expulsion, mais la “grâce” est une conception de la politique qui me révulse, c’est le pouvoir discrétionaire du Prince, c’est la largesse des puissants. Car au même moment ce même prince affrête des charters.

Bon, je suis fatigué parce que ma page en japonais m’a conduit jusque tard dans la nuit et que je devais me lever de bonne heure ! Et dire que je suis décidé à blogger en japonais…
Bonne nuit

À propos de moi

Madjid Ben Chikh
Madjid Ben Chikh

Madjid Ben Chikh, auteur, bloggueur. A Tokyo depuis 2006.
Ce Blog, journal d'un solitaire sociable et moderne de Paris et Londres à Tokyo, depuis aout 2004.

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

MBC | Abonnez-vous!

MBC | Social

MBC | Archives

MBC | Ce Mois

MBC | Derniers billets

MBC | Instagram