Déménagement en vue…

D

une maison “artistique”, peinte en jaune vers Kôrakuen, c’est à dire une bicoque des années 50 peinturlurée, une chambre de 3 tatamis – 160×260 -, “pas d’hésitation (sic)”, 55,000 (EUR 380) c’est The wind site !

Je vous avoue, je suis heureux de très bientôt déménager. Je ne vais pas habiter un quartier “à la mode”, loin de là. Je vais me fondre dans la masse anonyme de “la vie de tous les jours”, celle qui s’agglutine dans le métro tous les jours pour se rendre au travail. Je vais quitter mes bourgeoises élégantes un peu défraichies de Kagurazaka, les jeunes pêteuses qui les imitent et courent de restaurants français en Instituts de même origine pour finir dans une célèbre crèperie pour dépenser l’argent gagné par papa. Bof, on en a d’équivalentes en France, qui mangent macro-bio en passant leur temps au Cours Florent, ou un truc dans le genre.


7,4 m2 la chambre à Harajuku (à côté de Shibuya), dans un appartement de 2 pièces (la 2ème chambre fait 8,3m2 et coûte le même prix) de cet immeuble d’âge aléatoire, 99,000 yen (700 EUR): c’est Sakura House ! Si elle vous branche, elle est libre !

Je vais d’abord quitter le plus célèbre arnaqueur : Sakura-House. Je vais retirer toutes ces sociétés de mes liens car je suis en fait maintenant de toute la part de mépris qu’il peut y avoir vis à vis des étrangers à travers l’existence même de ces sociétés. Quand on sait que les Japonais aiment déménager tous les 5 ans dans un appartement neuf à cause des tremblements de terre, ces “gaijin houses” où, en colocation, s’entassent des étrangers dans des surfaces de 10 mètres carrés ou souvent moins, dans des bâtisses en béton lézardé de plus de 30 ans d’âge, dans des maisons en bois qui, comme celle où je suis, grincent à la moindre secousse de force 2, tout cela pour des prix exorbitants (je paie 85,000 円, nous sommes 3 soit 250,000 円 l’étage pour une surface de 45 mètres carrés environ et une maison de au moins 40 ans pour laquelle, les 2 étages réunis, un Japonais ne paierait pas plus de 60,000 円… faites les comptes…).

dans cette maison datant d’environ 40 ans, à 10 mn en train de Ikebukuro, 6 tatamis pour 75,000, c’est encore ThewindSite : “Share a 2 story wooden building, only 7 rooms. A guest house with the size of a shared appartement.”(sic)

Il existe au Japon une véritable institution des marchands de sommeil, savamment entretenue tant du côté des Japonais (les gaijins sont sales, ils ne parlent pas “notre langue” – Japonais xénophobes -, ou bien, pire, de la part des Japonais “évolués”, “les gaijins aiment bien vivre dans les vieilles maisons”, “ils aiment bien vivre en groupe”, “ils aiment bien les échanges culturels”, etc…) que du côté des “gaijins” (habiter au Japon coûte horriblement cher, “vous devrez payer 2 à 3 mois de caution, un à deux mois de cadeau au propriétaire, un mois à l’agence, le mois en cours et le mois suivant, faire vos démarches avec l’électricité et le gaz vous même dans un pays où personne ne parle anglais, acheter des meubles, installer une ligne téléphonique hors de prix”… L’apothéose est atteinte sur le site du premier marchand de sommeil, Sakura-House qui, aidé d’un photographe professionel, transforme l’exploitation en théorie de la beauté et de l’art de vivre.
une chambre vaste, 13,1 m2, dans un immeuble d’une quarantaine d’année d’une une rue en pente dans le quartier le plus inondable, Shinagawa, en cas de tremblement de terre à Tôkyô, pour 75,000 (550 EUR) seulement : une aubaine de Sakura-House. Remarquez ce desing raffiné et savouré la clarté de ce rez de chaussé.
C’est honteux car on entretient l’image du gaijin qui aime bien ça. Regardez ces photos : des piaules minuscules, une salle de bain minuscule pour 5, 6, 7 personnes, regardez les parties extérieures, les tuyaux rouillés et les murs lézardés de ces immeubles qui n’ont été rachetés que pour leur faire des fortunes avant de les démolir pour réaliser quelque juteux projet immobilier. Pensez au prix payé par ces “gaijin-san”, démesurés par rapport au prix du marché. Pensez aussi à la complicité de nos ambassades devant de telles pratique qui expose la vie de leurs ressortissants au moindre tremblement de terre de grande ampleur. Au Japonais les jolies maisons qui bougent comme il faut, aux fondations robustes. Aux étrangers les vieux machins payés au prix du neuf, “ils aiment bien”. Le pire, ce sont les étrangers qui trouvent ça “cool” (sic, genre une conne croisée pas loin de chez moi). Je les vois d’avance avec leurs têtes de victimes, leurs tête d’attentat à Bali, leurs baskets et leurs sacs à dos de freaks des classes moyennes, en train de pleurer devant les caméras du monde entiers parce que leurs immeuble s’est cassé la gueule à 2 heures 37, personne ne les avait prévenu, les autres sont morts, même James qu’était trop sympa, i’s sentait pas bien alors il a quitté Roppongi avant les autres, si on avait su…
Pour avoir discuté avec des “étrangers” un tant soit peu intelligents, aucun ne regrette d’avoir quitté les “gaijin house”, d’avoir retrouvé leur intimité, ni surtout de se sentir bien sous un vrai toit. Je critique ici Sakura-House, mais ils ne sont pas les seuls. Il y a les “Samurai-house”, les Fontana et autre Wind-site, etc… Tous proposent de bonnes affaire, c’est à dire des piaules de 6 m2 à partir de 60,000 円 (450 EUR) dans d’anciens bureaux reconvertis, des vieilles maisons, etc… J’ai même vu 10 m2, seul “un studio”, sans douche ni cuisine, “une affaire, à Nakano, 70,000 円 seulement”…
J’ai toujours eu honte des taudis qui sont loués aux Africains, en France, des marchands de sommeil, du racisme des propriétaires. Je réagis, je le pense de la même manière donc, en y étant passé.


hier matin, après être passé à l’agence, je me promène dans mon futur quartier…

Je vais aller vivre dans un quartier qui respire le bonheur japonais. Le jour, les rues sont remplies des vélos, il y a peu de voiture. C’est encore Tôkyô même si Chiba n’est pas très loin. C’est encadré par deux fleuves et la baie, plus au sud. Les supermarchés ne sont pas chers…
Mon agence fait essentiellement dans la vente, les programmes immobiliers mais loue aussi des appartements aux étrangers. Le système est le même, les cautions sont beaucoup moins chères mais le loyer est réajusté, plus haut que la moyenne environnante. Ce n’est donc, pour moi, qu’une solution intermédiaire. Mais la grande différence est que ma maison est une vraie maison, bâtie en 2001 (octobre, je crois). C’est petit mais en très bon état, bien ajusté. Je paierai mes charges, mon assurance. Cela va me coûter un peu plus cher qu’ici mais le gain est inestimable. L’interphone vidéo et la splendide hauteur sous plafond rajoutent une touche. Je quitte mes tatamis sans aucun regrets.
Vivant au Japon et n’y étant pas passagèrement pour les vacances, je reviens de l’idée de centralité, de proximité des quartiers à la mode. Maruchan a définitivement raison : la gare est plus importante. Je vais donc habiter à l’est le temps de mettre de côté l’argent nécessaire à un déménagement à l’ouest. Et qui sait, Edogawa-ku finira peut être par me séduire. En tout cas, pour m’y être promené déjà 3 fois, je ne regrette pas du tout mon quartier “central”.
De Tôkyô,
satisfait, content, heureux,
Suppaiku

À propos de moi

Madjid Ben Chikh
Madjid Ben Chikh

Madjid Ben Chikh, auteur, bloggueur. A Tokyo depuis 2006.
Ce Blog, journal d'un solitaire sociable et moderne de Paris et Londres à Tokyo, depuis aout 2004.

commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Baaah c cool aussi l’Est, les shitamachi ça a du bon, on ne se prend pas trop la tête et il ya plus d’étrangers qu’avant donc pas de syndrome de bete de foire…Un ptit jogging sur les berges de l’edogawa c incomparable…et puis la campagne et la mer de Chiba sont pas loin…Je te souhaite un bon séjour la bas en tout cas et continue ce blog que j’adore pour son style et sa spontaneité.

  • vous critiquez quoi ici !
    Je pense qu’il est normal que l’immobilier est cher à Tokyo, c’est-ce pas ??? Tout comme New York et Londre ! Il faut bien étudier ça avant d’aller acheter les billets d’avion, je penses.

    Ma cousine a eu la chance d’aller travailler au Japon pour la durée de 2 ans. Au début, elle avait l’opinion assez négative pour la vie à Tokyo. Mais elle m’a raconté qu’elle a compris que même les Japonais font leurs efforts pour vivre, ne pas se plaindre mais essayent de devenir plus fort mentalement. Et tout cette expérience lui a fait grandir, elle a eu son attitude optimiste!

    Il est sûre que l’agance immobilier a des choses à revoir mais je penses que mettre des critiques sur les Japonais et le système immobilier japonais ne va rien donner à ta vie quotidienne…

MBC | Abonnez-vous!

MBC | Social

MBC | Archives

MBC | Ce Mois

MBC | Derniers billets

MBC | Instagram