“week end” en photos

&


Aller travailler par ce temps est un dur calvaire. Il fait vraiment très beau et chacun s’étonne du retard du 梅雨/ le tsuyu, ce long mois de pluie qui caractérise le mois de juin. Les typhons seront violents… et le riz renchéri par la sécheresse.
Mais comment se plaindre : la lumière est sibelle, si vive. Imaginez la lumière d’Alger, de Casablanca, mais avec de la verdure partout…
Samedi, vers 12 h 15, Kasai, en allant vers la gare.

Grand soleil et grande chaleur. C’est de plus en plus l’été… et le fantôme glâbre de Sonoko veille sur Ginza… Elle en est un peu la représentante : sa peau est livide, blanche et immaculée comme celle dont rêvent ces femmes au foyers dépensières et gourmandes de ce quartier : ici, tout leur est tout entièrement dédié.
Samedi, à la sortie du métro, vers 13 h 05.

Échantillon.
Plein soleil sur la ville, Ginza piétonne décline un art de vivre famillial et presque sympathique.

Dimanche, vers 15 h 30.Échantillon. Celle-ci a l’air très aimable. Son mari aurait-il joué aux courses et perdu, la privant de ce nouveau sac à main griffé qu’elle regardait depuis quelques semaines ? Cette mésaventure est arrivée à une de mes élèves. Elle n’a qu’à travailler, j’ai pensé !
Jeunes, elles sont à l’opposé de ces femmes au foyer. Ici, à Kasai, à la gare. Elles sont amusantes, souvent colorées, fraîches. Pourquoi deviennent-elles toutes des ババ (vieilles)? Si elles bossaient un peu…

Encore plus radicalement différents, les jeunes à Shibuya, qui parfois frisent le too much, autant dire que j’aime bien… Le gardçon de dos est tellement bronzé que j’ai d’abord cru à un Africain ! La fille est bien brune, aussi. Ben oui, chez certains, résister, ce n’est pas faire de la politique, mais faire tout ce qui donne envie de vômir à la majorité silencieuse. Je ne les comprends que trop bien… J’étais pareil… ! Sonoko ? Rien qu’une grosse conne !
Et alors, quelle hypocrisie, des fois… La presse dite masculine déborde sans aucun complexes dans le métro, donnant des femmes une image objétisée. La mode des lolitas prépubères des années 90 est révolue : voici les bombes à poitrines volumineuses. Et à côté de ça, DJ Ozuma, ça a choqué…

Il ne change pas.
Un dimanche, vers Ginza.

À propos de moi

Madjid Ben Chikh
Madjid Ben Chikh

Madjid Ben Chikh, auteur, bloggueur. A Tokyo depuis 2006.
Ce Blog, journal d'un solitaire sociable et moderne de Paris et Londres à Tokyo, depuis aout 2004.

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

MBC | Abonnez-vous!

MBC | Social

MBC | Archives

MBC | Ce Mois

MBC | Derniers billets

MBC | Instagram