#UrgenceCoronavirus: update au 23 mars

#

Si ce n’est pas encore fait, lisez et signez la pétition dont parle ce billet et qui est en ligne sur la plateforme Change.

Merci à vous pour votre action. En relayant cet appel et cette pétition, nous sommes parvenus à donner de l’ampleur à la conversation. Pensez, vendredi dernier encore, parler de traitement à l’hydroxychloroquine était regardé avec suspicion, le Pr Raoult présenté comme un charlatan. Il est donc temps de faire le point alors que nous sommes maintenant plus de 15.000 personnes à avoir apporté un soutien au traitement du Pr. Raoult ainsi qu’à une politique massive de tests.

D’abord, oui, les lignes ont bougé. Devant l’afflux des malades dans les hôpitaux d’ores et déjà débordés, particulièrement dans le Grand Est et alors que nous ne sommes qu’au début de la vague, refuser le seul traitement disponible s’avère irresponsable, voire criminel.
On s’en est rendu compte au sommet de l’état, et il a été impossible d’empêcher l’utilisation de ce traitement, à titre « expérimental », façon pudique de dire « allez-y les gars mais ne le criez pas sur les toits ».

Il va donc falloir amplifier cette campagne et faire circuler ce message clair et simple:

NOUS EXIGEONS L’ACCÈS AU TRAITEMENT du Pr. RAOULT DANS LE CADRE HOSPITALIER ET SOUS CONTROLE MEDICAL SUR TOUS LES PATIENTS AVANT MÊME QU’ILS NE PRÉSENTENT LES SYMPTÔMES

L’évolution en cours au sujet de ce traitement est une première victoire, encore insuffisante, face à un gouvernement qui ne sait pas quoi faire comme l’atteste sa position au sujet des tests.

Car sur le front des tests, si la situation n’était pas à ce point dramatique, nous pourrions dire qu’il s’agit presque d’un mauvais Vaudeville.

Olivier Véran parle de sa politique de tests en affirmant qu’elle est conforme à ce que les scientifiques ainsi que l’Organisation Mondiale de la Santé réclament. Or, ce qui tient lieu de « politique gouvernementale » pour l’épidémie et qui nécessite des guillemets tant on nage dans une improvisation totale au gré des évènements, est diamétralement opposé à l’avis ET des scientifiques, ET de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Avec seulement 4000 tests par jours, Olivier Véran se déclare satisfait. Par ailleurs, il repousse à plus tard le dépistage massif, à la sortie du confinement, ce qui aura vraisemblablement pour conséquence de relancer l’épidémie. Tout cela correspond à ses yeux à une politique adaptée et conforme aux exigences de la communauté médicale.

C’est tout simplement faux. Ce que l’Organisation Mondiale de la Santé ainsi que les scientifiques relayés par les médecins et soignants à bout de souffle réclament, c’est une politique de dépistage massive, même et surtout des porteurs de virus a-symptomatiques afin de les empêcher de contaminer, mais aussi et surtout de suivre l’évolution de leur pathologie avant qu’ils ne soient trop malades.

Le ministre tord le coup à la réalité, il espère peut-être que le peu de connaissance de la langue anglaise dans la population l’empêchera de lire les articles de plus en plus nombreux manifestant des doutes sur la capacité du gouvernement français à être à la hauteur de ce qui s’annonce comme une catastrophe majeure. Il est, de toute façon, en totale contradictions avec toutes les recommandations actuelles et qui se résument en anglais par « TEST, TEST, TEST ».

Pire, le gouvernement se disculpe de son incompétence en rejetant l’ampleur de l’épidémie sur les non-respect du couvre-feu. Ironique quand on entend au même moment son insistance à la poursuite du travail d’une population non testée prenant chaque jour le risque de se contaminer et contaminer dans les transports publics et sur son lieu de travail.

Si la situation commence à bouger sur le front du traitement, il faut pousser sur le front du dépistage,

NOUS EXIGEONS LA MISE EN PLACE D’UNE POLITIQUE DE TESTS MASSIVE.

Malgré des avancées, la revendication d’un accès au traitement ainsi que celle d’une politique massive de soin sont loin d’être satisfaites. Il nous faut encore partager la pétition, en parler autours de nous, pousser.

POURQUOI UNE PETITION

Une épidémie, ce n’est pas que de la souffrance, de l’isolement. Ce ne peut pas seulement être quelque chose que l’on subit passivement, en tout cas, pas en démocratie.

Une épidémie, c’est politique. C’est politique car se révèlent des dysfonctionnement patents et jusque là cachés soigneusement sous le tapis.

Le manque de personnel soignant et la fermeture des dispensaires et des petits cabinets médicaux, particulièrement en milieux ruraux et loin des grandes villes où tout a été concentré après la fermeture des hôpitaux de tailles moyennes.
Au fil du temps, nos gouvernements, obsédés par une logique comptable et une recherche de réduction des coûts, en sont arrivés à oublier qu’un hôpital devait être, en temps normal, à moitié vide pour pouvoir répondre à un afflux de malades en cas d’incendie, d’accidents, d’épidémies diverses. Et que pour ce faire, il fallait mailler le territoire d’hôpitaux de taille moyenne avec des centres de santés pour les soins plus légers. Cela avait été la règle jusque dans les années 90, à l’époque où le système de soin français était regardé comme le meilleur au monde.

Une épidémie, c’est politique. C’est politique car on découvre l’ampleur de tout ce que nous avons perdu en terme de sécurité sanitaire.

Comment se fait-il que la seule entreprise fabriquant de la chloroquine en France soit au bord du dépôt de bilan? Elle doit être nationalisée d’urgence. D’ailleurs, cette épidémie pose le problème de l’industrie pharmaceutique qui a délocalisé 80% de la production des composants nécessaires à la fabrication des médicaments en Chine. Cela vaut également pour les masques où là encore nous sommes dépendant des importations.

Mais plus que tout, ce qui est politique, c’est notre maitrise de cette épidémie. On ne peut pas attendre que ça passe, écouter le décompte journalier des morts les bras croisés. Nous devons être les acteurs de cette épidémie, et c’est précisément ce que nous faisons à travers cette pétition.

Car le plus tôt un traitement sera mis en place, le plus tôt le dépistage sera massif, comme commence d’ailleurs à le faire l’Allemagne, le plus tôt nous pourrons sortir de la perspective d’un confinement  total et retrouver une vie un peu moins perturbée. Cette maladie sera alors un problème de santé publique, mais qui ne viendra pas remettre en cause l’activité économique, et surtout, les travailleurs de la distribution, d’entretien, les soignants et tous ceux qui doivent travailler la peur au ventre ne seront pas les soldats avancés d’une catastrophe qui finira par toucher un nombre toujours plus importants, à commencer par les EPAD où il n’y a de masques ni pour les personnes âgées, ni pour les personnels et où on redoute une hécatombe.

Cessons de pointer le doigts sur les idiots qui bravent le confinement et qui, quand un proche, un parent ou eux-même seront touchés, réaliseront leur naïveté et leur bêtise.
Ne pointons pas le doigt sur ces égoïstes qui ont quitté la grande ville pour la campagne et qui n’ont rien fait d’autre que le couple présidentiel allant au théâtre malgré l’épidémie, ils porteront leur culpabilité et leur remords pour des années.

Non, saisissons cette épidémie comme une opportunité pour faire de nous un corps civique exigeant du gouvernement qui nous est redevable des actes à la hauteur de la situation avant que celle-ci atteigne un niveau de non retour en terme de victimes, de remises en cause des libertés et de sacrifices pour les plus faibles.

Plus encore que la semaine dernière, et alors que les tergiversations au sommet de l’état et sur les plateaux de télévision nous ont fait perdre un temps précieux, un temps dont il faudra un jour leur demander des comptes, aujourd’hui encore,

NOUS EXIGEONS L’ACCÈS AU TRAITEMENT du Pr. RAOULT

NOUS EXIGEONS LA MISE EN PLACE D’UNE POLITIQUE DE TESTS MASSIVE

Partagez, relayez.

(toutes mes excuses pour les cafouillages dans cette nouvelle vidéo, je ne suis pas du tout professionnel.)
Et prenez bien soin de vous ainsi que de vos proches.

À propos de moi

Madjid Ben Chikh
Madjid Ben Chikh

Madjid Ben Chikh, auteur, bloggueur. A Tokyo depuis 2006.
Ce Blog, journal d'un solitaire sociable et moderne de Paris et Londres à Tokyo, depuis aout 2004.

commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Bonjour, je suis bien d’accord avec ce que vous dites (notamment sur le dépistage), sauf pour ce qui est de la chloroquine. Pour l’instant, rien ne permet de dire que ce médicament est plus efficace qu’une absence de traitement, et l’étude marseillaise n’apporte aucune preuve, comme cet article de blog le montre : http://curiologie.fr/2020/03/chloroquine/
    Les études sérieuses montrent plutôt que ça ne fonctionne pas : http://www.zjujournals.com/med/EN/10.3785/j.issn.1008-9292.2020.03.03

    Traiter tous les patients (même asymptomatiques) à la chloroquine n’est a priori pas souhaitable : la Covid-19 tue moins de 1% des personnes infectées lorsqu’on teste tout le monde (pas comme en France où on ne compte que ceux qui arrivent à l’hôpital), la chloroquine, même en étant pas si dangereuse que ça pourrait faire plus de dégâts que l’infection, y compris si elle est efficace contre le virus (ce qui reste à prouver).

    D’un côté je pense que les pétitions ou autres actions militantes comme celle-la sont importantes, on ne va pas laisser les gouvernements et les labos tout décider pour nous selon des critères uniquement financiers. Mais il faut aussi s’armer d’esprit critique : sans devenir un spécialiste de chaque domaine, savoir identifier les problèmes de méthodologie et les embrouilles statistiques habituelles, sinon on sera condamnés à suivre n’importe quel gourou à grande gueule.

  • Conférence de presse de la gouverneur de Tokyo tout à l’heure. On dirait qu’il y a de l’accélération infectieuse dans l’air. Bon courage pour les journées à venir.

    @Florian, tu pouvais dire que l’article de blog que tu cites est le tien… 😉

    • Non, ça n’est pas mon blog (je l’ai trouvé sur twitter et je n’avais même pas remarqué que le mec avait le même prénom que moi :facepalm: ) !

      Sinon j’ai lu l’article de jdmichel, je ne suis pas forcément d’accord avec les conclusions mais j’ai trouvé l’article intéressant et bien écrit. Pour moi ça met un peu en perspective le fait que l’équipe du Pr Raoult est présentée comme une bande de charlatans dans un monde sérieux alors que ce qu’on lui reproche (données de mauvaise qualité et falsification des résultats) est la règle dans ce milieu. Et j’aurais du mal à leur en vouloir pour ça puisque c’est le seul moyen pour obtenir des financements.

    • Comme quoi il faut se garder de sauter trop vite aux conclusions… 😀
      Je suis tombé sur un billet de Richard Werly, dans Le Temps, qui revient sur les réactions épidermiques que suscite le Pr. Raoult

      https://www.letemps.ch/opinions/faute-antisysteme-professeur-raoult

      L’étude du Pr. Raoult, n’est peut-être pas sur carrée, en double aveugle randomisé, etc. comme le voudraient les standards de la méthode scientifique, mais elle a le mérite d’exister, et peut-être aussi de permettre à d’autres médecins d’agir (voir l’interview du Dr Bleibtrei de la Pitié-Salpetrière chez Mediapart).
      Les études menées sur une plus grande échelle en Europe, en espérant qu’elles ne soient pas caviardées, devraient montrer quelles substances sont ou non efficaces.
      En comme le dit Mendax, de la Tronche en Biais, il faut se garder de l’autre épidémie qui accompagne celle du Covid-19 : une épidémie de connerie…

MBC | Abonnez-vous!

MBC | Social

MBC | Archives

MBC | Derniers billets

MBC | Instagram

Invalid OAuth access token.