Le triomphe de la vie, ou le retour du printemps

Je suis dans le métro, je vais au travail. Il fait chaud dans les wagons. En effet, cette fichue habitude japonaise de mettre l’air conditionné partout a conduit, par soucis « d’économies » à sceller les fenêtres, qu’il est donc impossible d’ouvrir. Les résultat est que seul une aération rend l’air supportable. Nous macérons donc dans un air chaud, ce qu’accroit la température extérieure comme l’encombrement des trains : nous ne sommes toujours pas revenus à la normale, environ 80% des trains circulent, afin de réduire la consommation d’électricité.
Dehors, c’est un grand soleil et un beau ciel bleu. Les coeurs se réchauffent. Le miens, en tout cas. Le tremblement de terre est loin, désormais. Ici, la vie a repris un cours plus ordinaire. Cette nuit, une secousse m’a réveillé. Pas forte, mais suffisante. Les battements de mon coeur se sont accélérés, et pourtant c’était évident que ce n’était pas un gros truc.
Vous pouvez regarder des photos que j’ai prises ce weekend en me promenant à la recherche des premiers cerisiers en fleur. Promenade un peu douloureuse. Mon entorse d’il y a trois ans s’est réveillée. J’ai acheté une sorte de pansement de soutien, donc maintenant ça va, mais depuis une semaine, il m’arrive de souffrir terriblement. Cela ne nous a pas empêché de marcher pendant deux ou trois heures.
Je reviendrai plus tard, j’ai en effet eu l’idée d’un billet un peu original.
De Tôkyô,
Madjid


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *