Le soleil brille, premier billet de cette annee

L

J’ai eu beaucoup de classes aujourd’hui. Fatigue. Il est tard.
J’ai telecharge pour pres de 2Go de romans. 100% gay. Je vais en bouffer, du pede, cette annee…

Nous sommes mercredi 16 janvier, déjà. Il a neigé avant hier, je suis en train, et je peux voir toute cette neige accumulée et qui tarde à disparaître.
L’an dernier, quand décembre est arrivé, j’ai fait l’effort de revenir sur ce blog afin de bien terminer l’année. J’ai un peu retardé mon retour cette année. Oh, des choses, comme qui dirait l’autre. J’ai toutefois posté beaucoup de photo, accessibles dans le menu, « images ». Et puis j’ai aussi posté des billets sous une rubrique nouvelle dont je vous donnerai les clefs un peu plus tard, « espace temps ». Enfin, comme toujours, j’ai commencé la rédaction d’un billet que je n’ai, hélas, pas terminé, mais que je vous livre tel quel maintenant.

(Écrit jeudi 10 janvier, sur clavier américaino-japonais sans accents)« Le Japon s’est reveille tout doucement la semaine derniere apres s’etre evanoui pour les fetes de fin d’annee. Une nouvelle vitalite a pris les rues, le travail, partout. Nous avons un nouveau premier ministre qui a pris ces fonctions au moment de cette transition, et la television commente cela comme etant un augure favorable, d’autant que Shinzo Abe est ne sous le signe du serpent, ce qui en fait un « toshi otoko », un homme de l’annee, puisque nous rentrons dans le serpent, officiellement depuis le premier janvier, reellement, en fait, lors de la prochaine pleine lune, comme cela continue de se faire en Chine (le Japon a adapte son calendrier).
Je suis mois meme un « toshi otoko ». Je suis ne en 1965.

Le serpent a la reputation d’etre un peu tortueux pour parvenir a ses fin, mais surtout celle de muer, de se regenerer de l’interieur et de changer de peau, et c’est etonnant que l’un des billets les plus importants de l’an dernier s’appelait « billet de transition », une etape determinante qui mit fin a une sorte de longue stagnation et de lethargie, me forcant a demenager et a amorcer de nouvelles choses, quelques mois apres avoir commence cette longue perte de poids. Si lors des fetes de fin d’annee j’ai mange beaucoup de chocolats pour « marquer » Noel, si lors de mon sejour a Kyoto je me suis veritablement rempli la panse au point de prendre pres de 3 kilos en deux semaines, depuis mon retour, le poids est parti et depuis deux jours je pese le meme poids qu’avant, sans avoir, a aucun moment, eu la sensation de faire un quelconque regime… La regularite est ce qui compte le plus, le corps est une machine extraordinaire qui vous rend l’amour que vous lui portez si vous lui portez vraiment.
Je suis donc serpent, et c’est mon annee. 巳年. J’aime les symboles. Je ne crois pas a tout cela, bien sur, mais en revanche j’aime marquer les choses, les etapes, et quand le hasard fait que je suis parfaitement en phase avec un signe celeste, je trouve cela sympa, encourageant. Je n’ai personne, que moi pour me pousser, alors je me pousse tout seul avec les moyens du bord.
Ma famille est une famille de Marabouts, mon ancetre lointain, celui qui fonda ma tribu, en Kabylie, etait un sage, et dans un coin de mon cerveau se trouvent caches les secrets qui se transmettent de generation en generation, et dont je suis l’un des heritiers. A aucun moment je ne doute desormais que mon pere ne finit par trouver sa voie, a sa facon et bien involontairement, comme tous les sages, finalement. Il donnait des cours d’arabe benevolement et s’occupait d’une petite mosquee avec quelques autres. Il avait trop peur que les gamins du quartier ne finissent dans les mains des islamachins finances par le Maroc ou l’Arabie Saoudite.
Je continue de penser qu’il est mort apres notre conversation sur le Bouddhisme. Il avait trouve trace du Bouddha dans le Coran, « le sage de l’olivier », et me voyant de plus en plus attire par le Japon et interesse par le bouddhisme, y trouva un incroyable reconfort. Notre derniere conversation fut sur le Bouddhisme. Il avait ete tres malade durant des annees (leucemie, l’amiante bien entendu), avait recommence a perdre du poids, ca en devenait inquietant, mais ce jour la il rayonnait.
Pour le Musulman en general, pour lui en particulier, avec toute cette education recue de generation en generation, que son fils, son aine, son prefere (ca, je ne l’ai compris que plus tard), fut lache dans le monde sans une seule quete de spirituel etait bien pire que me savoir francais. Mais que je m’interesse au Bouddhisme, soudain, c’etait gagne. Je suis sur qu’il a pense que rien n’etait perdu et que moi aussi, je donnerai a ma vie un autre but que celui de collectionner des choses jetables avant moi-meme de finir comme une vieille chaussette.
J’aimais bien de sa facon de parler des gens riches et pretentieux, « Il va aux toilettes aussi, tu sais », et tout etait dit. Et il souriait. Ce jour la, il avait son grand sourire de jeunesse, comme sur la photo ou il marche a cote de maman, vers 1960. Autours, c’etait le guerre, des policiers executaient des algeriens a Paris, mais ils etaient heureux tous les deux. C’est marrant, ce que les parents transmettent sans meme s’en apercevoir.
Bref, de mon enfance j’ai herite d’une quete spirituelle que j’ai fini par abandonner totalement, il y a longtemps. J’ai arrete de parler a Dieu a l’age de 27 ou 28 ans en lui expliquant que vraiment, j’etais desole, que je ne le voyais pas. Depuis, je ne lui parle plus. C’est a moi que je parle, maintenant, et j’aime bien. Il m’arrive en dedans de moi de prier.
Prier est un fantastique moyen de faire le point pour soi… Et de mieux s’approcher d’un lieu de culte. Si vous priez les divinites du Japon, parfois, vous voyez des tresors et personnellement, je n’ai aucune raison de m’en priver. Mais en claquant mes mains, je communie avec celles et ceux qui s’y attachent, et je les respecte. Et puis j’en profite pour demander ceci ou cela. Comme disent les Japonais, on ne sait jamais…
Restent donc ces dates symboles, ces objets symboles. Une pleine lune, un jour ou il m’arrive un truc bien, ou bien un evenement a une date qui a un sens. J’aime beaucoup cela, c’est encourageant.
Ce qui est etonnant, c’est que je parviens a marier tout cela avec un atheisme reel. En fait, j’ai integre cette existence spirituelle a ma realite faillible et fragile, mortelle, d’etre humain. Je crois profondement etre protege, par exemple. Et en meme temps, je sais que c’est irrationel. Et je me moque de cette irrationalite, elle me fait rire. Elle ne me dispense pas de faire ce que j’ai a faire, en fait, au contraire. « Fais », me dit mon intuition. Je suis un assemblage de molecules qui pense, et dont la pensee est nee de son contact avec d’autres assemblages de molecules qui pensent. Je n’existe pas pour moi, mais dans mon rapport avec les autres. Alors, pourquoi briderais-je cette promenade interieure que l’on appelle la spiritualite…
Des fois, je m’imagine partant pour le Sud Algerien et finir ma vie aupres d’un vieil ermite que je remplacerais apres sa mort, un vieux Marabout. Les paysages y sont magnifiques. Le Mzab… »

Retour à aujourd’hui. J’aurais beaucoup de mal à vous dire que je vais bien, ce n’est pas vrai. Je vais, comment dire, bizarrement. Tout d’abord, renouvellement de mon visa en cours, c’est très instable. Ensuite, l’hiver, une saison qui n’est pas tres facile. Enfin, eh bien, l’annee 2013 avec des decisions que je suis bien decide a concretiser ainsi que des reves, des projets tout plein que je ne sais pas trop pat quel bout attaquer. Une vraie revolution, j’ai desormais un clavier francais que Yann m’a rapporte de France.
Je vous ai parle depuis deux ans d’un roman que j’ecrivais, et que j’ai laisse en plan. C’est tragique, abandonner la redaction d’un livre, en fait. Je vous ai explique ce vide, apres ma fiction sur les subprimes, et puis le seisme. D’un autre cote, j’ai muri. Je le terminerai cette annee, et pour etre plus precis, je le terminerai cet hiver. Cela peut paraitre presomptueux, mais c’est avant tout beaucoup de travail, c’est a dire que c’est purement materiel. La reecriture sera, elle, un travail de titan, et c’est en fait ce qui me paralyse depuis deux ans. Mais je m’y collerai, tout seul puisque je suis tout seul.
Vous me direz, il est tout seul, et Jun, alors. Ben oui, Jun. Ici s’arrete le blog et permettez moi de ne pas developper. C’est aussi de la que que vient cet etat que je qualifie de bizarre. J’ai 48 ans cette annee. Je vis au Japon, tout cela me conduit ou ? Je crois que je le sais depuis le debut, et Jun aussi en fait. Nous avons investi le minimum dans une relation qui dans son genre est parfaite. Mais.

Je dois donc cette annee trouver au fond de moi toute l’energie pour faire seul ce que je dois faire. Je me suis ouvert ce matin a mon amie Maria, dont c’etait l’anniversaire il y a deux jours. Maria, c’est ma petite soeur et ma grande soeur, ma copine et mon amie, ma confidente. Pendant des annees, nous avons passe nos matinees a nous parler au telephone pendant des heures. Nous nous sommes rencontres au lycee, en premiere, il y a 31 ans. Je crois que je vais egalement ecrire a Stephane et Nicolas. En fait, je les avais sollicite pour m’aider quand j’avais commence a travailler, mais j’avais surestime le travail. On fait quoi, quand on recoit un pave de 150 pages ? Ils liront plus tard… En revanche, j’ai enfin compris que j’ai besoin d’eux a mes cotes pour ne pas perdre le fil, continuer, me plaindre si j’ai envie de me plaindre, ou etre content. Et bavarder, sortir du tete a tete avec moi-meme dans lequel j’ai enferme la langue francaise.
Maria va bien s’amuser quand elle va lire ce mail aujourd’hui, peut etre va t-elle venir visiter mon blog, je ne sais pas. Je sais qu’elle va sourire car j’ai attache une piece jointe qui la fera sourire. Et je lui confie des trucs. Ca faisait longtemps. Oui, elle va bien sourire.

Cette annee, mes etudiants m’ont offert de petites choses. Une petite serviette japonaise, avec un serpent. Des bonbons avec les animaux du zodiaque. J’ai meme recu des cartes de voeux. Je leur ai de mon cote rapporte des gateaux de Kyoto, ils etaient ravis.
De France, j’ai recu un livre de Nicolas, L’ete 1980 de Marguerite Duras, et de King’s Queer leur CD.
Nicolas a joint une superbe carte postale de New York. Le CD etait lui dans une enveloppe handmade avec le tampon du groupe. Je suis fier de recevoir ces cadeaux, ca me fait tellement plaisir. Comme les deux livres de Didier l’an dernier. Comme ces vieux bouquins de la Belle Helene : je ne la connais pas, et pourtant, quand elle parle de Michel Cressole et de « La folle a sa fenetre », une chronique que je suivais dans ma jeunesse -c’etait tellement savoureux-, quand elle parle de sa vie, de ses amis, elle devient si proche, si vivante. L’age a burine le caractere qu’elle devait avoir bien trempe, ne reste qu’une gentillesse cultivee de grande soeur. Tiens, un peu comme mon institutrice Mlle Cunin, cette femme extraordinaire qui reussissait a accrocher des eleves completement largues en deplacant son instruction sur leur propre vie.
Je me rappelle mon amie Freddie, completement asociale a cette epoque (elle me detestait, elle me faisait peur…), et qui avait refuse d’apprendre une poesie en disant qu’elle preferait Rimbeau, et Mlle Cunin qui lui avait demande de venir la semaine d’apres avec un poeme de Rimbeau, et la semaine suivante, l’emotion partagee de Freddie et de Mlle Cunin, la declamation magnifique. Et les gueules de cons des eleves moyens qui ne voyaient la que du chouchoutisme quand les cancres avaient la encore une fois une des incroyables marques de confiance de ce petit bout de bonne femme qui pouvait rouspeter, mais savait reellement qu’enseigner etait d’abord accepter les eleves comme ils etaient… Helene est un peu comme ca. Elle a ses humeurs, mais ce sont des humeurs gentilles, genereuses. Mon Facebook serait incroyablement triste sans elle… Et minorites incroyablement appauvri.
King’s Queer, eux, sont apparus sur mon mur quand Xavier y est apparu.
Xavier est une vieille connaissance, et avec le temps disons meme un ami. On s’etait rencontres en 1984, on etait une vingtaine d’allumes venus en decoudre pres de l’espace Balard ou le FN tenait meeting. Decus d’etre si peu. On se croisait avant en boite rock. On s’est croise par la suite, manifestation d’Act Up, de sans papiers, guerre en Iraq. La tete de Nicolas, alors age de 19 ans, quand je lui avais presente Xavier, vers 1995? 10 minutes plus tard, charge de CRS, Nicolas et moi devallions le boulevard Saint Germain, gaz, ruelle, porte cochere, ouf. On avait perdu Xavier, il avait juste eu le temps de dire que ca allait charger, j’avais eu le temps d’acquiescer, Nicolas n’avait lui pas tres bien compris.
L’ecole de la vie, quoi. Quelle course ce fut, alors. Certains montaient sur les voitures dans leurs courses tellement la police etait violente et rapide… Nicolas et moi avons poursuivi l’apres midi en nous promenant. J’aimais beaucoup me promener avec Nicolas. On regardait les facades, on devinait l’architecture des cours. Peut etre un jour aurais-je de nouveau la joie de marcher dans Paris avec lui et Arame, sa femme.
Xavier m’a retrouve avec cette histoire d’Ouganda. Et ainsi le duo King’s Queer qu’il connaissait. Je vous en reparlerai plus tard.

J’ai eu beaucoup de classes aujourd’hui. Fatigue. Il est tard.
J’ai telecharge pour pres de 2Go de romans. 100% gay. Je vais en bouffer, du pede, cette annee. C’est incroyable comme les USA ont une litterature gay riche, vraiment. J’avais adore l’ecriture de Edmund White, son autobiographie. Le jeune americain est un truc qui m’avait vraiment touche car j’y retrouvais un peu de mes propres sentiments d’adolescent de banlieue dans ce pays arriere comme le Mid West et qui s’appelle la France.
J’ai choisi ce que je vais lire en premier, je vous en parlerai. Et puis en deuxieme aussi, et puis. Je vais devoir lire beaucoup. Comme je suis completement largue en matiere litteraire, ici, que la bibliotheque de l’institut sent le d’abonnes a Telerama, je me resigne a lire en anglais, et a ne lire que des romans pedes. Apres tout, je me suis coltine suffisamment romans heteros jusqu’ici, et vraiment, deux giga, j’ai de quoi faire. Je pense qu’il y a tout, il y en a meme de 2012…
Lire en anglais m’effraie un peu. En France, ce n’etait pas un probleme, mais au Japon, c’est un peu comme si je me detachais encore un peu plus de la France… Mais j’ai besoin de me remettre a lire intensemment, beaucoup, beaucoup beaucoup, comme je le faisais en France… Les journees n’ont que 24 heures, il m’arrive de travailler de 9 heures a 21 heures… Je ne sais pas comment je vais faire. Mais je dois le faire. On m’a dit recemment que j’etais dur avec moi meme. Oui. Peut etre. Un reste de l’analyse, quelque chose qu’elle a revele, qui etait la. Mais qui me reussit assez bien quand cela ne me paralyse pas ni ne me decourage. Cette annee, je le sens bien, parce que comme le serpent je suis, je regarde un peu plus loin que le travail qui m’attend, et aussi parce qu’enfin il y a un peu de stabilite. Et puis je me trouve beau. C’est bien, se trouver beau, non ?
C’est l’annee du serpent. C’est mon annee. He he he…

À propos de moi

Madjid Ben Chikh
Madjid Ben Chikh

Madjid Ben Chikh, auteur, bloggueur. A Tokyo depuis 2006.
Ce Blog, journal d'un solitaire sociable et moderne de Paris et Londres à Tokyo, depuis aout 2004.

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

MBC | Abonnez-vous!

MBC | Social

MBC | Archives

MBC | Ce Mois

MBC | Derniers billets

MBC | Instagram