J’écoute (enfin) France-Culture

J


(samedi, pluie sur Ginza vers 18 heures ou Les parapluies de Ginza)
Matinée ensoleillée. Fond sonore, France-Culture, Les chemins de la connaissance. C’est étrange… Plus j’avance dans mon séjour ici (plus de 3 mois désormais), plus je me rends compte à quel point je suis à ma place ET professionellement, ET géographiquement. Professionellement, imaginez ! Je suis enseignant, j’ai moins de 27 heures de travail (en fait, 34 de 40 minutes, un total hebdomadaire dans l’école de 26 heures 20 hebdo !) réparties essentiellement sur 3 jours (du vendredi au dimanche) et deux demi-journées. C’est violent psychologiquement, mais c’est très peu en temps ! Je vis au Japon, à Tôkyô. Mon temps libre et les décallages horaires me permettent, enfin, d’écouter France-Culture. Vous vous rendez compte ? Quel changement… J’ai encore du mal à m’y faire, pour tout vous dire.

(avez vous vu Café Lumière, le film de Hou Hsou Sien, réalisé en 2004 et commandé par la société Shôchiku, 松竹 en hommage à Ôzu Yasujirô pour le 100ème anniversaire de sa naissance ? Le film tourne autours de la Yamanote et du fantastique réseau ferrovière Tôkyôïte comme si c’était autours de lui que s’organisait la vie, le monde, l’harmonie – c’est d’ailleurs presque la théorie exposée par Asano Tadanobu, 浅野ただのぶ dans le film. Cet endroit est filmé à plusieurs reprises. C’est à mon avis un des endroits les plus fascinants de Tôkyô : avec un peu de chance, on peut parfois y voir sortir des trains de toute part, j’en ai déjà vu 4 d’un coup… sur le pont et dans les 2 tunnels… Fascinant… Ôchanomizu,御茶ノ水)
Pour certains (les plus nombreux, certainement, et je les comprends totalement), ce qui compte, c’est vivre au Japon. Pour moi, c’est aussi ne plus être face à cet écran stupide, tous les jours durant 7 heures, ces mails qui ne me concernent pas, ne m’intéressent pas… Mes étudiants sont tellement humains, eux… Je fais rire mes collègues quand je dis de tel ou tel étudiant, Oh, il est pas méchant, oh, il est drôle…, mais c’est que je le pense vraiment !

(devant le musée des Transports, dimanche soir. On prend une dernière photo avant fermeture. L’an prochain, rendez vous à Saitama,埼玉市)
La vie de bureau est si triste, si répétitive. Alors, cet aspect vivant, quoi que absoluement déstabilisant pas la violence du rythme (ces trois jours non stop, cette promiscuité dans la salle des professeurs), j’aime bien. Enseigner le français, je trouve ça intéressant, d’autant que cela se double d’une demande de civilisation, de “Versailles” en “Tour Eiffel”. De Paris. Nous sommes aussi une part de rêve et j’aime particulièrement cette France abstraite, cette France de l’histoire et des grands gestes universels, cette France de l’art et de l’architecture, des grands écrivains et du cinéma d’auteur, de la gastronomie et de la nature fertile, généreuse, abondante de fruits et paysages, de saveurs et d’odeurs. La simple évocation d’un filet d’huile d’olive sur une petite salade de tomate évoque quelque chose de profond chez certains étudiants. Alors je suis heureux d’être ici, je me sens utile et je me donne des raisons de progresser. Peut être dans un an ou deux j’aurai une bonne idée de ce qu’est le Français Langue Étrangère et je pourrai me diplômer, je ne sais pas.

(La devanture du musée du transport public à Akihabara face à la rivière, illuminée. Bientôt la fin. Beaucoup de monde, et moi et moi et moi… Je passais par là, j’ai vu de la lumière…)
Je suis content, vous êtes de moins en moins nombreux à lire mon blog. Formidable ! Je me sens plus libre, j’ai moins de pression. Pour tout dire, je suis lassé de “parler du Japon”. Je ne désire parler que de ma vie. Des crêpes que je fais de temps en temps, à la bière, les crêpes, et avec du beurre et du lait entier, les crêpes, et avec du Nutella, les crêpes. Ou mes superbes rizottos “à la japonaise”, c’est à dire en ajustant le goût par une pointe d’huile de césame, d’ail, de champignon longs et fins dont j’ignore le nom. De mes retours à la maison, à pied, cette foule aglutinée autours du musée du transport public , 交通物間 à Akihabara, 秋葉原 et qui vit ses derniers jours, tous prenant des photos… Ah, incorrigibles Japonais, toujours à aller dans le sens du vent, il faut avoir de la nostalgie pour cet endroit qui ferme, bien-sûr, la TV en parlé… Alors moi aussi, j’ai pris mes photos… C’est si agréable, faire comme tout le monde…

(cette vue m’a toujours plu. Le musée va partir et je devine déjà la suite. Le quartier de Akihabara change très vite, des tours désormais s’y dresse. Il faudra nourrir cette middle class aisée, la faire sortir et, comme vers la gare de Tôkyô, on installera donc à cet effet des restaurants sous la voie ferrée. Les pays sont différents, mais les nouvelles classes moyennes recherchent le même mode de vie fait de musique douce et de lumière tamisée, si possible à côté d’une rivière…)
J’en ai marre de parler du Japon parce que j’y vis, en fait, et parce qu’il y a des sites qui font ça très bien. J’ai envie de parler de moi et de ce que je vois, de ce que je mange et de ce que je lis. Je suis sûr que mes fidèles lecteurs préfèreront aussi et que les amoureux du Japon qui ne peuvent y vivre partageront ainsi avec moi mon quotidien… Moi, en tout cas, j’y prendrais plus de plaisir. Na !
Bon, allez, je suis gentil j’ai quand même mis des photos de Tôkyô. C’est normal, c’est ma ville ! Et je ne vous ai toujours pas parlé de l’affaire Clearstream, génial, non ?
Allez, de Tôkyô, avant le razage et avec rien à dire si ce n’est qu’il fait, à peu près, beau,
pressé,
Suppaiku

À propos de moi

Madjid Ben Chikh
Madjid Ben Chikh

Madjid Ben Chikh, auteur, bloggueur. A Tokyo depuis 2006.
Ce Blog, journal d'un solitaire sociable et moderne de Paris et Londres à Tokyo, depuis aout 2004.

commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • On fait souvent mieux ce que l’on fait pour soi avant de le faire pour les autres.
    Comme tu dis, il y a des sites qui parlent du Japon (plus ou moins bien), mais pour ce qui est du blog de Suppaiku… il faut au moins qu’il parle de Suppaiku. En l’occurence, il est au Japon Suppaiku, et il nous en présente un très joli portrait.

    Au fait, je pense que je ne suis pas le seul a t’avoir envié, pendant un cours instant, de la sensation de liberté que tu as trouvé vis-à-vis de ton travail. Enfin, ‘trouvé’, c’est vite dit. Ca n’est pas arrivé tout cru non plus.

    Bon, et bien s’il vous plait, parlez nous de Suppaiku, monsieur…

  • Je suis aussi un de ceux qui sont restés ,même si je ne lis pas ton blog depuis longtemps.
    Plus que le Japon, c’est ta façon d’écrire que j’aime. Alors continue d’écrire, il y a des gens qui prennent plaisir à lire…

  • On n’est jamais aussi universel que lorsqu’on parle de soi.
    Et puis Tokyo, j’y vis aussi… Alors allons-y pour “le fabuleux (ou pas) destin de Suppaiku”!

  • Silenus&wakarui, c'est sympa de passer ! Je suis allé faire un petit tour chez vous : j'aime bien. C'est concis et souvent bien amené ! Je repasserai un de ces 4 !
    Bonjour Pierre, お久しぶり!Oh, un destin fabuleux… Quoi que… Il y a tellement de gens qui rêvent de vivre ici… Le destin fabuleux… Le jour où je vous apprendrai au détour d’une phrase que, ça y est, j’ai enfin achevé le 3ème tome de La Recherche… commencé il y a 5 ans, ou terminé La mise à mort d’Aragon, là, c’est qu’il se passe un truc… A surveiller de près car je me remet à lire… Et alors si je vous parle de mariage… Il y a un autre truc mais là, j’en parle, c’est une question de beaucoup de travail… Merci de passer. Au fait, je suis allé voir le site de l’ancien chanteur de Japan. Merci.
    お久しぶり, Mimosas : je crois que tu es un de mes plus ancien supporter : ça fait plaisir. C’est étonnant, un blog. C’est intime et c’est public, l’écriture va de l’un à l’autre : faut garder l’équilibre, et c’est dur. Dire beaucoup sans trop dire. Penser aux autres sans avoir la grosse tête, sans jouer à être quelque chose… Pas facile, pour un bavard comme moi… En tout cas je ressens le besoin de changer de sujets, de pas me forcer à parler du Japon, c’est bon, j’y suis, et il y a déjà un bon stock de sujets abordés, en presque deux ans… A bientôt Mimosas.
    Allez, merci à tous ! Je préfère être lu tranquilement plutôt qu’être un malade du compteur… Je peux continuer à raconter ce que je veux, à écrire mes tartines de plusieurs pages, à raconter tout ce qui me passe par la tête, et j’aime ça.
    Qu’est-ce que ce doit être dur, faire “un blog sur le Japon”…

  • Suppaiku, Napoléon disait “quel roman que ma vie!” Alors fais-toi plaisir!

    Bonne continuation et prends soin de toi Suppaiku

    Signé un nouveau lecteur qui prend plaisir à te lire.

  • Pour info, aprés la Chine, le Vietnam et la Corée du Sud, l’équipe de France Info est au Japon cette semaine pour sa 5ème et dernière étape “à la découverte de l’Asie”.

    planning:

    # Lundi 15 mai : Tokyo
    Thème du jour : De l’indice Nikkéi à l’empire Toyota : 127 millions de fourmis ?

    # Mardi 16 mai : Okinawa
    Thème du jour : Le pacifisme nippon, sur les cendres d’Hiroshima

    # Mercredi 17 mai : Kagoshima
    Thème du jour : Un peuple entre shintoïsme, impérialisme et modernisme

    # Jeudi 18 mai : Wakkanai
    Thème du jour : 24 heures dans la vie des Mangas à la vitesse du Shinkansen

    # Vendredi 19 mai : Sendai
    Thème du jour : Impossible n’est pas japonais

    tu peux aller sur le site pouravoir plus d’info: http://www.radiofrance.fr/chaines/france-info/dossiers/info/index.php?rid=260000069

    Bye

  • Bonsoir de France ,
    Je lis régulièrement ton blog et c’est la 1ère fois que j’ai l’envie de poster quelque chose . En effet , ce billet fait plaisir à lire , sincèrement , même sans te connaître , je suis hyper content pour toi . Pour être honnête , j’aimerais que tout se passe aussi bien pour moi ( bien sûr tout ne se passe pas bien et il y a des moments difficiles , mais à te lire j’ai l’impression que le résultat en vaut le coup) , en effet l’enseignement du français au Japon m’intêresse beaucoup . Je te comprends tout à fait quand tu parles du contact avec tes étudiants et non avec un écran pendant 7 heures , même si je n’ai pas encore intégré le monde du travail (loin de là ).
    En tout cas , je continuerais à lire ton blog qui est passionant , même quand tu parles juste de toi , le côté humain est intêressant 🙂 .
    Bonne continuation

    Geki

MBC | Abonnez-vous!

MBC | Social

MBC | Archives

MBC | Ce Mois

MBC | Derniers billets

MBC | Instagram