Je suis un délateur, eh eh eh…

J


Petite délation entre amis…

En allant acheter mon pain mardi, je suis repassé devant le stand Mère Poulard, la biscuiterie/business du Mont Saint-Michel, qui tire sa réputation d’une lointaine “mère Poulard” qui confectionnait des omelettes aux oeufs longuement battus, ralongés à la crème fraiche et cuits dans une dose généreuse de beurre. La folklorisation de l’ile sous la pression touristique a transformé cette brave femme et son omelette en une institution costumée “à l’ancienne” avec chorégraphie d’ouefs battus dans de grands bols et poêle à long manche posé sur le feu. Pour faire cracher les devises, il faut bien ça. Bref, une sorte d’image d’Epinal d’un moyen-âge en costumes de Maupassant mis en scène par la loi de décentralisation et la middle-classisation de la société française.
J’en reviens donc à Ginza, où j’ai trouvé ce “gateau de l’omelette au mûr pamplemousse” (sic, mûr sans “e”). J’ai donc écrit à la société Mère Poulard (la célèbre biscuiterie) afin de lui dire que…
“Un stand de votre maison se trouve au magasin “Matsuya” à Tôkyô.
Je suis très surpris d’y trouver vendus sous votre nom des produits que je ne connaissaient pas, remplis d’une crème chantilly et de fruits. Un “gateau de l’omelette”, dont je ne saisis pas bien le sens, je l’avoue, car je pensais jusqu’ici qu’une omelette et un gateau participaient de deux recettes particulièrement différentes, notamment concernant le mode de cuisson…
Par ailleurs, il semblerait que le trajet en avion procure quelques oublis en ce qui concerne notre langue : vous conviendrez que ce qui est écrit sur cet emballage ne veut rien dire, à moins que le pamplemousse ne soit vraiment particulièrement mûr et que vous ayez décidé de faire dans la poêsie (le mûr pamplemousse) et faire la surprise quand aux fruits rouges malicieusement cachés à l’intérieur…”. He he he… le malicieux…


Il est super fatigué en ce moment : sa société a changé de nouveau système, et ce système fonctionne mal : résultat, 2 à 3 heures sup’ par jour, et il doit aller travailler samedi!

Je me suis levé aujourd’hui à 11 heures. Il a fait chaud toute la journée. Lavomatic, courses, dorama : le grand repos… Jun est arrivé vers 21 heures. J’ai préparé des spaghettis all’ragu aux aubergines. En dessert, une salade de fruits. Il est reparti vers 23 heures 30, on n’a même pas vu la soirée passer. On a feuilleté ensemble le magazine 東京人/Tôkyôjin consacré ce mois ci à 大奥/ Ôoku, le “harem” du shôgun entre le 17ème et le 19ème siècle.

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

MBC | Abonnez-vous!

MBC | Social

MBC | Ce Mois

MBC | Archives

MBC | Derniers billets

MBC | Instagram