Imprégnation

William Sheller, Epures, 2004

(en écoute, mon hôtel , cliquez sur le titre de ce post)
Comme une lente maturation. Un album qui se digère avec le temps, au rythme d’une lente imprégnation de textes (cruellement) justes. Le plus bel album de chanson française que j’ai entendu depuis des années.
東西線、2006年火曜日12月13日9時10


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *