2020 moins un, finale

2

Surtout pas cette usine à touristes, le Tenryû-ji, ça se bouscule de partout et ce n’est même pas « ouah »

Il est 20 heures passées ici, il a fait froid, très très froid, glacé, et en plus il y a eu du vent et une pluie fine merdique à souhait, le truc qui te glace bien quand tu es à une heure de vélo de l’hôtel, ben oui, ce n’était pas prévu, ce temps froid. Ça casse mais on y arrive parce qu’il faut bien. La ballade avait pourtant bien commencé, bon, il ne faisait pas chaud mais ça allait, il y avait du soleil par moment et rouler, ça réchauffe juste comme il faut. Mais ce crachin et ce vent glacé, et puis ces nuages gris crémeux, on aurait presque cru qu’il allait neiger, tiens! Mais non.

Aujourd’hui, c’est vers Arashi-Yama qu’on est allé.

Rien de bien nouveau, les mêmes temples et les mêmes jardins qu’habituellement, là où on est sûr de ne croiser personne. Surtout pas cette usine à touristes, le Tenryû-ji, ça se bouscule de partout et ce n’est même pas « ouah », ni la « forêt de bambou », ce truc qui fait sensation sur Instagram, tout le monde prend la même photo. Bon, je dis ça mais je suis quand même allé à Fushimi il y a deux jours, une vieille habitude, j’y vais depuis mon premier voyage au Japon, et cette fois-là, il n’y avait personne.

C’était avant Trip Advisor, ce truc qui te fait regretter le passé, quand personne ne savait rien et qu’il fallait se débrouiller mais maintenant tout le monde veut aller là où tout le monde va pour faire la photo que tout le monde fait en écrivant les mêmes bêtises que tout le monde, « je suis là ».

Au fur et à mesure de la journée, les nuages ont commencé à s’imposer et le retour a été très éprouvant. Voilà, ce sera ma dernière journée de l’année. J’ai mangé des soba (nouilles de sarrasin) et un parfait, comme toujours. Tout à l’heure je vais encore manger des soba offertes par l’hôtel: au Japon, on mange des sodas car leur longueur est sensée représenter la longue vie prospère pour la nouvelle année. Ça ne mange pas de pain, et c’est plutôt bon.

Je laisserai 2019 derrière moi, sentiment de ne pas avoir encore vraiment accompli mon deuil, c’est comme s’il y avait une boule de pierre qui m’empêchait de fondre une bonne fois pour toute. Maman et Julien, une mère et un ami, c’est un gros trou…

J’ai pris une douche brulante. Je finis ce billet et je vais manger mes nouilles. Peut-être on regardera un épisode de Poldark. C’est la dernière saison…

À propos de moi

Madjid Ben Chikh
Madjid Ben Chikh

Madjid Ben Chikh, auteur, bloggueur. A Tokyo depuis 2006.
Ce Blog, journal d'un solitaire sociable et moderne de Paris et Londres à Tokyo, depuis aout 2004.

Commentez

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Madjid Ben Chikh Par Madjid Ben Chikh

MBC | Abonnez-vous!

MBC | Social

MBC | Archives

MBC | Ce Mois

MBC | Derniers billets

MBC | Instagram