みなさん、新年あけましておめでとうございます

Je vous souhaite à tous une très bonne année. Puissent vos voeux se réaliser.
J’ai bu ce soir la bouteille de champagne que mon ami Tomo m’avait offerte en septembre pour mon anniversaire. Du champagne français dans une bouteille en japonais, reçue au Japon et bue en france… Quel voyage… Je l’ai bue tout seul, ce soir, quand j’ai entendu le traditionel concert de pétard qui suit le changement d’année. cette année, je n’ai pas “fêté”, comme cela m’arrive tous les 3/4 ans. Je ne m’en porte pas plus mal. J’ai fini l’année en regardant 2 épisodes de ランチの女王/La reine du déjeuner (dorama de 2004). Puis vers 23 h 30, j’ai commencé à changer d’activité, envoyé des voeux. A minuit, ce fut donc le champagne de mes 40 ans, que j’ai photographié en digital et en argentique. J’ai écrit à mon correspondant Noriyuki, ce garçon rencontré à Kyôto la veille de mon départ… le plus amusant, c’est que ce soir en faisant le ménage dans mon email Yahoo Japan, je suis tombé sur un mail qu’il m’avait écrit en réponse à une annonce que j’avait passé dans Mensnet… J’ai donc profité de mes voeux pour lui dire que j’avais trouvé cette réponse et que j’étais allé visiter sa page sur Gaydar.
Hier soir, j’ai passé la soirée chez Stéphane avec Nicolas et un autre M… qui donc s’appelle comme moi ! Rare. Et en plus, il faut qu’il soit gay. On a pris un taxi ensemble au retour, moi je suis descendu à République vu que j’habite à Strasbourf Saint Denis, lui a continué jusque “Etienne Marcel”. J’aurais du lui dire “tu vas là?”, mais bon, c’est sa vie. Moi, le Dépôt… c’est bon, j’ai donné ! J’aurais pu aussi tenter quelque chose avec l’autre Suppaiku – pas du tout mon type physiquement, mais de très beaux yeux et certainement intéressant-, mais d’un autre côté j’en avais pas envie : on peut succomber au charme d’une personne sans pour autant ressentir de désir. A 40 ans on devient plus sage. C’est bien à tout point de vue, et ça évite les pannes…
Au Dépôt, j’ai rencontré Nobu il y a 5 ans. Mais j’avoue que le recroiser dans un sauna de Shinjuku, c’était plus classe… et 100 000 fois plus propre.
Bon, en tout cas la soirée chez Stéphane était agréable, opulente à tous égars.
Je ne suis pas allé travailler hier. Le matin, encore ces fichues courbatures et un vague mal de tête. J’ai bien dormi dans la journée, je suis resté au chaud. Je commence 2006 en pleine forme. Prêt à faire mes cartons !
Je n’ai même plus de problèmes existentiels avec mes médicaments. Je me suis compliqué la vie. JE VAIS FAIRE COMME TOUT LE MONDE.
En gros, je vous annonce que je compte rester au Japon un certain temps, et donc au minimum un temps certain. C’est avec mon médecin, qu’il faut que je passe un contrat.
Je commence 2006 le coeur léger, solide. Mon coeur balance entre Ginza et Iidabashi. Un esprit blagueur dénommé Capray sur le site lejapon.org fait le pari que je vais souffrir le martyr financièrement. je trouve le défi intéressant. On en rediscutera.
Revu Hakuchi, le film de Tezuka, ainsi que Postman blues de Sabu. Revu également Café lumière de Hu Sao Sien avec le beau Asano Tadanobu, et Tôkyô qui est peut être le vrai personnage secondaire de cet hommage éliptique à Ozu. Et dans la foulée, re-re-re-…-revu Fleurs d’équinoxes de Ozu. Je vais emmener des DVD avec moi, en abandonnant les boîtes toutefois, elles ne servent à rien du tout.
Bien. Janvier commence. Je vais donc vider ma bibliothèque dans les jours qui viennent. Je vais donner ma TV à Yoshinobu, mettre en vente tout ce que j’ai. Je n’ai plus peur du tout. Je ressens une certaine excitation à l’idée que dans moins de 40 jours, j’aurai changé de décors.
Entendu cette semaine sur France Culture un débat sur la nouvelle traduction des Mille et une nuit. Ca m’a rappelé que je m’étais arrêté à la moitié du second tome (édition de 1705, trad. de Galland) (sentiment que c’est toujours un peu la même chose…).
Vu l’émission de la 5 sur Le Palace. Je vais finir par dire que je détestais cet endroit, je ne supporte plus cette ambiance “hommage”.
Je vous embrasse, je vous salue et je vous souhaite une très belle année.
De Paris,
Suppaiku

À propos de moi

Madjid Ben Chikh
Madjid Ben Chikh

Madjid Ben Chikh, auteur, bloggueur. A Tokyo depuis 2006.
Ce Blog, journal d'un solitaire sociable et moderne de Paris et Londres à Tokyo, depuis aout 2004.

commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Bonjour
    Pas vraiment un commentaire sur ce dernier post mais je n’ai pas trouve la boite a lettres. Une question simplement: Quelles sont les references de la chanson japonaise que l’on entend sur le podcast? Je raffole de ce genre de choses mais celle ci m’a echappe…
    Et puis tous mes voeux pour votre annee japonaise. Je suis a Tokyo depuis bientot 4 ans, parti a l’epoque sans preparation mais dans un etat d’esprit aussi radical que le votre. J’y suis encore et vous confirme que l’aventure vaut la peine.

  • ca sonne comme certains trucs de Aoe Mina mais ce n’est pas sa voix, et ca m’a l’air trop ancien pour etre Natsuki Mari, pourtant plus si jeune, bref…

  • 西田佐知子 / Nishida Sachiko…
    Le titre est anglais, c’est ワン・レイニー・ナイト・イン・東京 (Nuit pluvieuse sur Tôkyô)
    http://images-jp.amazon.com/images/P/B00005FJYM.09.LZZZZZZZ.jpg
    J’aime beaucoup la voix, l’esthétique 60… En fait, j’aime beaucoup les mélodies et les orchestrations de cette époque. Nishida Sachiko est une icône gay, une chanson pathétique sur une femme abandonnée. Totalement オカマチック!
    J’espère que la pochette du disque s’affiche bien. C’est le disque que j’ai acheté, mais la photo, c’est de amazon.co.jp.
    Merci d’avoir écouté mon Podcast, assez raté…

  • Merci, c’est note. Je fait un saut a Tower Records des que possible!
    Mon education musicale japonaise se fait pour beaucoup dans les bars de Shinjuku 3-chome et Nishida Sachiko n’a apparemment jamais traverse Meiji-dori… 😉
    Et si vous n’etes pas satisfait de votre premier podcast, c’est une tres bonne raison pour en faire un autre! がんばってね!

  • Oh, mais je pense que Nishida Sachiko ne vous est pas inconnue, elle a aligné les succès les uns après les autres dans les années 60 et… c’était l’âge d’or de Shinjuku (“je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître”… à moins d’y mettre beaucoup de bonne volonté!). Je vous conseille sa compilation appelée “Golden best”. Moi, j’ai découvert cet été grace au iTunes Music Store… mais j’ai acheté un disque. C’est incroyable ce qu’on découvre sur le Music Store…

MBC | Abonnez-vous!

MBC | Social

MBC | Archives

MBC | Ce Mois

MBC | Derniers billets

MBC | Instagram