TSUYU / 梅雨

T

Promenade dominicale le week end dernier, dans le quartier de Yotsuya.
Cela faisait des semaines que nous ne pouvions vraiment sortir le dimanche pour cause de temps pourri. Car cette année, le Tsuyu est particulierement humide, changeant et imprévisible, et de plus en plus chaud. Progressivement, je sens mon corps qui fatigue tous les jours un peu plus, surtout le matin au réveil. Il faut dire, c’est un peu ma faute, je me suis refuse jusque cette semaine a utiliser la climatisation… si ce n’est de façon ponctuelle. Depuis lundi, je l’éteins épisodiquement… Cette nuit, j’ai ainsi pu bien dormir, sans me réveiller, moite, enroule dans mes draps et plein de courbatures. Cette humidité est vraiment très difficile a supporter. Vous passez sous la douche, vous sortez, vous essuyez, et vous voila de nouveau dégoulinant. Vous parvenez a sécher, il est l’heure de sortir. Dehors, c’est une sorte d’étuve, on dirait que la sueur vient de dehors de vous. Vous marchez, et c’est comme deux origines distinctes: une sueur interne, et une autre externe, générée par le caractère cocotte-minute du soleil qui parvient a passer au travers des nuages qui, pour leur part, parviennent a émettre une sorte de pulvérisation très fine, mais redoutablement efficace. Et puis cela pourra alterner avec une vraie pluie, un orage, un grand coup de vent, et retour a la case départ après être passe par une heure de cagnace faite de soleil et d’humidité de sources multiples… Le Tsuyu n’est pas une saison des pluie, c’est un état d’humidité. Avec des moments ou il pleut vraiment. Le dimanche, de préférence…
Il y a le métro. Pas les stations qui, gros contraste avec mon premier voyage ici, sont désormais peu climatisées. Non, les wagons. Parfois véritablement frigorifiques. Les autres années, je ne goûtais guère mais je vous avoue que cette année, j’en suis grand amateur. On y sèche en 5 minutes, on en ramène un raclement dans la gorge qui dure jusque septembre.
Malgré cela, j’éprouve un bonheur incommunicable. J’adore ce temps, en fait. C’est a la limite du supportable, mais il faut croire que mes molécules d’eau apprécient cette compagnie. Et puis au gré des températures qui montent, on prend tranquillement le temps de se faire a la grande chaleur de l’été. Cette année, c’est un peu comme si le tsuyu voulait nous avertir, faire passer une information de première importance : il va faire très très chaud…
En faisant les courses vers Ebisu après être passe a la bibliothèque de la maison Franco-Japonaise a Ebisu, j’ai acheté de la (vraie) feta (pas du Danemark, mais de Grèce). Grande salade de tomate en perspective. Si je pouvais, en ce moment, je ne mangerais que des soba-tempura, de l’anguille grillée et des salades de tomates… Mais les bons tempuras, c’est un peu cher, et l’anguille, c’est carrément plus cher. A moins d’en manger de la chinoise, mais la… il faut être un peu volontaire car nous avons régulièrement des scandales touchant des produits alimentaires importes de Chine (les gyoza d’il y a deux ans en sont a cet égards devenus le symbole… imaginez, des viandes avariées et des traces de médicaments dans des raviolis de viande).
Allez, a la douche, et au lit. Air conditionne a 26, pour ne pas être gelé. Ca m’est arrivé l’an dernier…
Madjid

(désolé, je n’ai ajoute les accents qu’avec l’aide du dictionnaire automatique, bref, il en manque encore pas mal… QUERTY oblige…)

commentaire

Répondre à Anonymous supprimer

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • La couleur est annoncee , je n aurais qu a bien me tenir . Quoique devant un si appetissant soba-tempura … Bonjour Madjid , je serais parmi vous la semaine prochaine et pour longtemps peut-etre . Je ne connais pas le Tsuyu et encore moins l ete au Japon . Une grande premiere comme on dit . Popol .

MBC | Abonnez-vous!

MBC | Social

MBC | Ce Mois

MBC | Archives

MBC | Derniers billets

MBC | Instagram