Séjour à Kyoto été 2017, 15 août

au milieu du chant des cigale et du chant des oiseaux, j’ai fait une sieste d’une petite demi-heure. C’est cela, le vrai luxe.

Temps de merde… Pluie au lever, pluie au coucher, temps moite entre les deux avec crachin intermittent sous un ciel gris souvent plombe et laissant parfois passer la lumière brulante du soleil, juste suffisamment pour chauffer l’air humide en l’emprisonnant sous l’épaisse masse nuageuse.
Pas de vélo aujourd’hui, donc, trop de risque de recevoir une forte averse et se retrouver bloque. Promenade a Uji 宇治, au sud de Kyoto, la ville la plus renommée du Japon pour sa production de the vert de qualité “matcha” 抹茶, ce the en poudre fine et amer. Enieme traversée du Byodo-in 平等院, j’écris énième car je le visite quasiment chaque année.
Il a ete restaure dans sa couleur originale il y a quelques annees, il est desormais rouge avec ici et la des pointes de vert ou de jaune.
C’est une idee recue au sujet des temples japonais. On les voit brun-noirs, “zen”, et on le theorise, meme, jusqu’a la nausee quand en realite les temples japonais etaient colores, a l’exterieur comme a l’interieur, de couleurs tres vives, et pas seulement a l’epoque Tokugawa (du 17eme au 19eme siecle). Les temples de la Jodoshu, en particulier, tentent de donner aux fidele un avant-gout du Paradis d’Amida, de la Terre Pure. C’est (c’etait) le cas du Byodo-in.

Je voulais (re-re-re…)visiter le Kosho-ji 興聖寺, un temple zen de l’ecole Soto 曹洞宗, mais les pluies recentes ont fait monter le niveau des eaux de la riviere et les ponts etaient fermees, il fallait faire un detour. On a donc prefere prendre le train et aller directement au Manpuku-ji 萬福寺, un temple zen lui-aussi, mais de l’ecole Obaku 黄檗宗. Ce qui caracterise ces temples, c’est leur caractere “chinois”, de style Ming. Le complexe est tres grand, il y restait de nombreux lotus, c’est d’un calme incroyable et, au milieu du chant des cigale et du chant des oiseaux, j’ai fait une sieste d’une petite demi-heure. C’est cela, le vrai luxe.

Cela fait parti de mes idees depuis quelques annees, un sentiment de gachis profond quand, au contact de la nature telle qu’elle est, telle qu’elle est donnee, telle qu’elle ne demande qu’a etre savouree et contemplee, je prends conscience des degradations que nous lui avons fait subir pour un confort somme toute assez factice puisqu’il disparaitra avec l’epuisement des ressources en ne laisant derriere lui pour les generations a venir que decharges, radiations et paysages eventres, betonnes, dechires. Ne restera que l’inconfort de la vie rudimentaire, mais dans un climat deregle, des paysages sales, peu d’animaux et en tout cas loin de l’incroyable variete de la flore originelle… C’est peut-etre cela, l’enfer, vivre dans la poubelle laissee par ses aieux en les maudissant jusqu’a la fin des temps.
L’autre jour, alors que le Shinkansen venait de passer Shizuoka, je regardais ces montagnes, toutes petites, typique de ces paysages miniatures qui s’offrent au regard quand on traverse le Japon, des nuages caressaient les cimes et, par endroit, semblaient sortir des forets, les rizieres ici, les champs de the la, quelques maisons et c’est le Japon d’avant que je contemplais. Et je pensais que ce pays devait etre magnifique avant son industrialisation.
Ici, point de paysages vastes, au contraire, en quelques kilometres on passe d’une prairie encadree de collines a une succession de montagnes escarpees couvertes de forets et hop, soudain la mer ou un lac surgissent de nulle part, a moin que ce ne soit le cour asseche d’un fleuve attendant la crue qu’un typhon apportera. Les jardins japonais sont composes exactement de cette facon, succession de micro-paysages que l’on peut decouvrir en suivant des chemins tortueux qui multiplient les points de vue et donnent l’impression de variete meme dans un mouchoir de poche…

On est retourne sur Kyoto quand il a commence a pleuvoir. Le soir, il a plu a verse.

Galerie photo pour laquelle vous n’avez qu’a cliquer sur une seule des vignette puis faire defiler pour voir les autres.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à l'opération suivante (protection contre les spams) * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.