Milieu d’automne

Greenwich, 29 décembre 2016, au petit matin

Ne croyez pas que je délaisse ce site. Non. Je l’ai optimisé, j’ai actualisé les photographies de la page d’accueil, j’ai décidé d’un retour au noir et blanc, et puis je me prépare à enfin faire de la vidéo. J’ai donc acheté un petit enregistreur Olympus qui me permettra de prendre le son en meilleure qualité que jusqu’ici. Je me contenterai de mon appareil photo actuel, mon Olympus OMD-EM5 MarkII pour la vidéo, bien qu’il ne fasse pas la 4K et que ses débits ne soient pas très élevés, ce dont pour le moment je n’ai pas besoin. On verra à l’usage si j’ai besoin d’autre chose, ce n’est pas une priorité.

Pour ce qui est de l’écriture, j’ai écrit, mais je n’ai pas mis en ligne. Je suis comme je l’ai écrit le mois dernier « in between », j’attends une date à venir qui changera ma situation de manière significative. Le 10 décembre, je n’aurai plus de dette, et c’est comme si je retenais mon souffle en attendant ce moment, et cela depuis des mois. Passé cette date, il y aura un chemin ouvert, une respiration que je retiens depuis je ne sais plus combien de temps. J’aurai alors pas mal à publier.

J’ai fait un rêve très étrange qui m’évoque bien ce que je ressens. J’étais à une fête, je pense que c’était à Londres, il y avait beaucoup de monde et peut-être pas mal de gens que je connais, et puis j’envisageais de déménager à Paris. J’étais avec Jun. Ce rêve a laissé une très forte emprunte à mon réveil, un sentiment de ne pas être seul à l’avenir, et d’avoir comme une route toute tracée. C’est un peu ce que je ressens de toute façon, même s’il reste comme une appréhension, et cette appréhension est toute dans cette date du 10 décembre où mon compte en banque se videra de la somme nécessaire à ma liberté retrouvée.

J’ai des envies d’achats que je regarde en observateur et dont je me guéris l’une après l’autre, non sans mal. J’ai acheté deux paires de chaussures, il y avait un prix, j’aime les chaussures, et les chaussures, c’est utile. Et puis pour tout dire, j’achète très peu de vêtements, j’ai toujours pensé que les chaussures étaient le plus important. J’ai acheté ce petit enregistreur, cela faisait longtemps que j’en voulais un. Il n’était pas très cher de toute façon. Et puis c’est tout. Pourtant, en remboursant mes dettes, un montant dont j’ai honte maintenant, je me retrouve avec mon salaire intégral et donc la possibilité de dépenser.

Mais c’est le contraire qui se produit. Je veux garder mon argent. J’ai renoncé au voyage en France, ce truc qui chaque fois m’ampute de deux à trois mille euros, et j’écris amputer car j’ai souvent financé mes voyages en recréant de la dette. C’est le piège de ces saloperies de revolving dans lequel je suis tombé et que de chômage en séisme j’ai vu gonfler pour la plus grande joie des actionnaires de ma banque.
Je vais désormais être en mesure de « mettre de côté » pour affermir cette confiance en moi que j’ai gagné au fil des ans et en effet envisager de rentrer en France sans trop me soucier de la suite. J’ai écrit le texte où je raconte tout ça.

Parmi les choses que je dois vraiment faire, j’ai un très gros travail de passage au https, c’est à dire à la sécurisation du site. Un vrai calvaire car étant perfectionniste, il est hors de question que je le fasse à minima. C’est un travail titanesque qui revient à recréer entièrement le site pour que les pages http deviennent toutes https, même les photos liées. Il y a des trucs qui aident à le faire mais il n’en reste pas moins qu’il y a un peu de mains dans le cambouis. Mais à l’arrivé, vous aurez un joli petit verrou vert dans la barre d’adresse qui vous confirmera que votre connexion ainsi vos données si vous vous abonnez sont totalement en sécurité car tout sera crypté. Bon, je ne dis pas qu’il y a un risque mais c’est désormais la règle sur le net et depuis 2017 Google n’indexe quasiment plus les sites non sécurisés. La perspective de ce boulot me donne mal au ventre tellement c’est du boulot, sans compter la peu de perdre des trucs en route voir que mon site ne fonctionne plus pour x raison.

En attendant, ici les températures ont flanché, il va pleuvoir pendant une semaine et j’ai beaucoup de travail, mais je me porte bien. Et je vous promets plusieurs articles déjà écrits ainsi qu’une reprise en main ainsi qu’une actualisation de mes « cycles » en ce moment hors ligne.

Amitiés.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez calculer (protection contre les spams) *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.