Kôenji, temples et cerisiers

C’est toujours un peu long, cette période. Une sourde impatience nourrie des énergies du printemps monte doucement et nous rend le froid, la grisaille et les vents de la fin de l’hiver chaque jour un peu plus insupportables. Mais doucement, doucement, la nature se réveille, et nous avec. Dans trois semaines, les cerisiers exploseront de fleurs roses et blanches, avant que ne sortent ces feuillages d’un vert si lumineux… Impatience.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à l'opération suivante (protection contre les spams) * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.