Destin de pierres…

Parfois, au hasard, on voit un morceau tombé ramassé et mis là par quelque visiteur, ce peut être un nez, un doigt, ou la tête entière.

Quand on se promène comme je le fais dans les quartiers reculés de la ville, de ses temples ouverts sur des jardins que la mousse envahit jusque sur des arbres brisés et réparés, on finit par se familiariser aux images de ces statues de pierres elles mêmes rongés par la mousse et par le temps. Il n’y a pas plus belle allégorie du temps qui passe… Dimanche, nous avons marché dans Yanaka et nous sommes arrêtés dans un de ces temples, celui-dit posséder 4000 statues.

La pluie, le vent mais aussi le séisme de 2011 ont pourtant eu raison de leur solidité apparente, elles se décomposent lentement mais sûrement.

Mais un peu comme pour tout le reste, les japonais s’en accommodent très bien. Parfois, au hasard, on voit un morceau tombé ramassé et mis là par quelque visiteur, ce peut être un nez, un doigt, ou la tête entière.

J’ai composé pour vous cette galerie réunissant quelques unes de ces statues de pierre que je croise lors de mes promenades ici et là, et qui composent sans le vouloir une part de mon quotidien, façonnant un peu ma façon de penser, m’enrobant au fil des ans sans que je n’y prête trop attention, un petit peu comme un sacrifice de leur beauté passée pour mieux me faire comprendre quelque chose. Tout, absolument tout est mortel, et ces statues seront retournées au sables qu’il y aura encore le vent et la pluie qui les ronge tous les jours de façon irrémédiable…

J’aime leur fragilité.

De Tokyo,

Madjid

Vous pouvez faire défiler la galerie avec la flèche sur le côté droite

2 Comments

Leave a Reply

Veuillez répondre à l'opération suivante (protection contre les spams) * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: